"SARCASMES" Concerto pour clarinette mib & orchestre d'harmonie
- A. Kosmicky- solo: David Van Maele


-5/12/2019 - LEOPOLDSBURG - World premier Concerto for Eflat clarinet (Sarcasme)- A. KOSMICKY


-6/12/2019 - LEOPOLDSBURG - World premier Concerto for Eflat clarinet (Sarcasme)- A. KOSMICKY




A slow introduction awakens our senses, charms our spirit and guides us to serenity.The sound of the English horn opens this rather picturesque scene in which, the soloist gradually integrates and participates in a very warm dialogue with the orchestra. His delicacy and its voluptuous sounds are taken in a lyricism granting us some delectation. Time seems suspended but it does not take long to resume its course. At this moment, the character of the music is radically changed, the soloist then reveals his true face: scornful or condescending, sometimes actor, sometimes spectator or even sometimes mischievous, he guides the orchestra towards insolence and mockery. He is impatient, capricious. He knows how to soften to be loved. He shows great agility.
Thus, the clarinet’s different registers are used - among other things - to highlight the desired moods. The high register will refer to a rather scathing and mocking language; the middle and low registers will try to seduce.
All this is combined with a sparkling orchestration and harmonic language sometimes biting, offering us a cocktail of piquant irony.
Une introduction lente vient éveiller nos sens, charmer notre esprit et nous guide vers la sérénité. La sonorité du cor anglais ouvre cette scène aux contours pittoresques dans laquelle le soliste s’intègre progressivement et participe à un échange très chaleureux avec l’orchestre. Sa délicatesse et ses voluptés sonores sont prises dans un lyrisme nous accordant une certaine délectation. Le temps semble alors suspendu mais il ne tarde pas à reprendre son cours. À ce moment, la musique change radicalement de caractère, le soliste dévoile alors son vrai visage : méprisant ou condescendant, tantôt acteur, tantôt spectateur ou même parfois espiègle, il guide l’orchestre vers l’insolence et la raillerie. Il se montre impatient, capricieux. Il sait amadouer pour se faire aimer. Il fait preuve d’une grande agilité.
Ainsi, les différents registres de la clarinettes sont utilisés - entre autres - pour mettre en exergue les caractères recherchés. L’aigu fera davantage référence à un langage plutôt acerbe et railleur, tandis que le médium et la grave tenteront de séduire.
À tout cela se conjuguent une orchestration pétillante et un langage harmonique parfois mordant, nous offrant ainsi un cocktail d’ironie piquante